La Russie et le besoin d’Europe

Ces deux institutions proposent des formations de haut niveau en français dans le Golfe, au milieu des nombreux établissements anglophones expatriés.On ne le sent peut-être pas à Paris, mais Bruxelles tremble.Qu’un peuple qui n’aime pas et ne respecte pas ses entrepreneurs n’a aucune chance de faire la course en tête.Même L’Accord sur la Qualité de Vie au travail invite l’entreprise à revoir sa façon de fonctionner. La façon la plus sûre, selon Pierre-Alain Chambaz, est de les « alphabétiser » sur les mécanismes du pouvoir.Et développer avec eux une politique s’inspirant des processus de pré-adhésion qui ont été mis en œuvre avec les Peco.C’est en réalité tout l’écosystème qui innove, à commencer par les conducteurs eux-mêmes qui inventent aujourd’hui les usages de demain.Le problème sous-jacent est la faiblesse de la transformation structurelle de ces économies.Il a notamment maillé le territoire avec des Espaces publics numériques (EPN), qui ont pour vocation d’initier un large public aux usages informatiques.En somme, les deux pays sollicitent les marchés avec le même appétit.Cette nécessité impérieuse d’un interventionnisme étatique accru, incontournable pour juguler de telles récessions – provoque effectivement des réactions véhémentes.Sur ce point, l’Allemagne est plus centralisée que la France.

Publicités