La musique qu’on aime

Mais, il faut aussi donner vraiment la priorité aux secteurs agricole et alimentaire, qui le méritent autant que les politiques industrielles de la France et de la Bretagne.Même si la proposition a peu de chance de remporter l’adhésion, c’est la première fois qu’elle sera débattue à l’échelle d’un pays.La difficulté à concilier ville intelligente et ville participative est un problème d’autant plus sérieux que nous sommes au cœur d’une véritable révolution urbaine dont Richard Florida a dressé un tableau extrêmement éloquent.Une terre que fuient des désespérés.Après l’Angleterre (et loin derrière elle, mais plus près que l’Allemagne), la France est un des berceaux du capitalisme et de l’industrie.Toutefois, le pays se trouve parallèlement confronté à d’importants défis, au rang desquels figurent une croissance économique instable, une vulnérabilité par rapport aux facteurs climatiques et un fort taux de chômage.L’économie, une pseudoscience? Les critiques des « sciences économiques » en parlent parfois comme d’une « pseudoscience » de l’économie, disant qu’elle utilise les signes extérieurs de la science, comme des maths d’apparence complexe, mais uniquement pour donner une impression de sérieux.D’après rêves de bébé avis, directeur général adjoint ,cette technique permet d’augmenter le panier moyen de 10 à 20% .A fortiori quand elle est fausse.La négligence n’était pas due au manque de modèles de bulles, à l’asymétrie de l’information, à des incitations déformées, ni à la panique bancaire. La politique économique française n’échappe pas à ce tableau en demi-teinte, dont le coût final reste un taux de chômage figé à 11% et bien pire encore pour certaines catégories socioprofessionnelles.Ce qui peut s’énoncer ainsi: ce qui est bon pour le Maroc sera bon pour la France.Une ambition qui pourrait trouver une expression forte dès les 16 et 17 décembre prochains, lors de la réunion à Alger du comité intergouvernemental franco-algérien et l’annonce, par les Premiers ministres respectifs, d’un important accord de coopération économique.De quoi peut-il bien s’agir à propos d’assurance complémentaire santé privée ? Mystère.Enfin, les bombes à retardement de la finance ne sont, pour la plupart, pas désamorcées, qu’il s’agisse des CDS (« Credit Default Swaps », censés protéger les banques des « défauts » de leurs clients mais transformés en dangereux instruments de spéculation à court terme, comme l’a clairement montré l’exemple grec), des LBO (ces opérations de rachats d’entreprises à fort effet de levier d’endettement) ou des autres marchés de la dette, aux Etats-Unis notamment.Les Américains, les Chinois et les Européens doivent s’en convaincre.On s’y amuse beaucoup, on y manie le dialogue et la métaphore, sur un ton léger et badin qui, sans se prendre au sérieux, frappe les idées au coin du bon sens et débusque avec humour les stéréotypes et les préjugés.Ne pas singer le groupe mais croître à partir d’éléments singuliers.L’acte d’achat peut donc non plus s’envisager comme un acte ponctuel et linéaire, mais doit être intégré dans un processus continu et complexe.L’objectif est de protéger l’infrastructure IT des attaques par DDoS, pour éviter l’indisponibilité des applications, protéger les serveurs des menaces ciblées, afin de déjouer le vol d’informations ou le blocage d’applications.Côté Sénat, le speaker démocrate Harry Reid a utilisé « l’option nucléaire » qui lui permet de faire voter les lois à la majorité simple pour faire passer la réforme de procédure fin novembre.

Publicités