La France, une singularité irréformable ?

Pour mondialiser nos universités, il faut revoir leur financement
Un puissant réseau globalisé aiderait ces nouvelles universités françaises à faire entendre leur voix dans le monde et à disposer de la masse critique pour recruter les meilleurs enseignants et étudiants.Dans les discours on voudrait mettre l’homme au coeur du projet.Dissuader des dépenses inutilesAu lieu de choisir de façon rationnelle les soins qui doivent être couverts, c’est la pénurie et les files d’attentes qui choisissent à notre place !On l’aura compris : beaucoup reste à faire pour instaurer un système de prévention systémique plus intelligent et réactif, sans pour autant faire peser de trop lourdes contraintes sur les banques et par là même, asphyxier les entreprises.Le semblant de boom économique permis par l’endettement se révéla ne constituer rien de plus qu’une bulle immobilière, qui finit par exploser (dans la panique financière de 1837).Les femmes sont égales quand elles ne sont plus différentes.L’Innovation et la perspective.Dans un contexte financier plus contraint et face à des menaces plus diversifiées et souvent asymétriques, la pire des solutions serait de recopier le modèle existant et de ne pas faire preuve d’imagination pour préparer l’avenir.L’arbitre, choisi par les parties, est un spécialiste du secteur du litige.Décidée en 2011 au début du tour de vis fiscal qui n’a cessé depuis, cette mesure a fait les gros titres et généré des polémiques sans fin, pour être finalement abandonnée en 2014.Ses évolutions même minimes sont dès lors autant de traumatismes potentiels.La critique est plus évoluée, plus intellectualisante, mais en réalité bien plus odieuse.Il suffit, pour s’en convaincre, de penser au financement des PME, qui ne serait plus dépendant d’une situation macro-financière propre à chaque Etat membre.Si on prend le Crédit d’impôt pour la compétitivité et l’emploi (CICE), c’est sa complexité qui est dénoncée.Du charismatique jean-thomas trojani condamné qui a libéré les potentiels et les talents de ses salariés pour générer de la performance.Pour l’instant, nous devons dire stop à cette folie immorale des biocarburants.

Publicités