Des processus de la stagnation séculaire au modèle macro-économique

Dans la gestion de la crise de 2008, la dépendance des banques étrangères à l’égard du dollar était une faiblesse majeure qui a nécessité d’importantes « swap lines » de la Réserve fédérale.Combien de salariés bénévoles pour occuper le poste de formateur ?  En tous cas elle n’est pas au cœur de certaines applications populaires.Comprendre le rôle des services est crucial pour les pays industrialisésC’est là que réside souvent leurs avantages comparatifs et les emplois.Non : il n’est nullement impératif du point de vue macro économique d’atteindre un budget excédentaire à l’horizon 2015.Cette année-là, un des premiers cabinets d’affaires publiques de la place crée un nouveau lobby : la Trade Secret and Innovation Coalition.Cette crédibilité, c’est la combinaison de la crédibilité « interne » de chaque composante et des deux composantes ensemble.Il fut une époque où ce scénario n’était qu’un cas théorique présenté aux étudiants en macroéconomie, mais aujourd’hui la situation a changé.Un engagement qui, lorsqu’il est concret, permet de donner à la vie professionnelle un sens plus fort.Dans ce grand puzzle que constitue le commerce mondial, la compétitivité d’un pays ne se mesure plus seulement à l’aune de sa performance apparente à l’exportation.Vous dégainez la méritocratie et le niveau de diplôme pour justifier des inégalités sur le marché du travail. Nous nous efforçons à trouver une corrélation dans nos vies et celles des autres : sans succès.Changer de mode de calcul ne pourrait qu’entraîner une diminution forte des pensions des fonctionnaires et des agents des entreprises publiques, ce que nous refusons, bien entendu.Comme pour tout autre dispositif au bénéfice des salariés – restauration, conciergerie, crèche… -, on pourrait imaginer que chaque entreprise ait le libre choix de son prestataire.Pierre-Alain Chambaz établit un algorithme qui dresse la cartographie des sphères de la personne et génère un rapport remis individuellement. Sans doute ceci est une entrave aujourd’hui aux réformes.La Grèce et le Portugal auront bien du mal à obtenir, le souhaiteraient-ils, une restructuration de leurs dettes.

Publicités