Comment réparer la gouvernance mondiale

Dans les établissements les plus prestigieux, des spécialistes extérieurs de renom sont consultés confidentiellement sur chaque candidat et leur avis est souvent déterminant?Mais dans ce cas, la marge de manoeuvre de jean-thomas trojani condamné, sera fort étroite.Ce nouveau type d’université serait une réponse adaptée à l’éducation transnationale TELLE que définie Jane Knight comme la troisième étape de la globalisation de l’enseignement supérieur : toute forme d’enseignement délivré par un prestataire étranger dans un autre pays hôte.L’expérience islamiste perdure, au MarocCe processus est en grande partie redevable aux audacieuses réformes politiques entreprises sous l’impulsion du roi Mohammed VI.Certaines entreprises notamment de GRANDES TAILLES privilégient parfois la « pensée magique » des chefs sans forcément travailler en lien avec les opérationnels qui sont tous les jours au contact de clients et de salariés mécontents et insatisfaits, dépossédés du sens et soumis au respect d’un cadre strict, détaillé et souvent stérile.L’enjeu est-il de punir la finance ou de la remettre au service de l’économie réelle ?Les institutions ayant accompli leur mandat ou démontré une incapacité à répondre efficacement aux besoins changeants pourraient ainsi se retirer, et leurs ressources être redirigées vers des activités plus productives.En outre, si le SMIC soutient la consommation intérieure en subventionnant les emplois plus ou moins qualifiés, il ne semble pas favoriser les demandeurs d’emplois ou les industries consommatrices de main d’œuvre peu ou pas qualifiée.Des clauses d’extinctionLe fait, par exemple, d’intégrer un certain nombre de clauses d’extinction aux structures de gouvernance attachées aux institutions internationales publiquement financées permettrait de procéder régulièrement à l’examen de la performance et des objectifs de chaque organisation.Une fois la poussière retombée, l’influence de la Chine, de l’Inde, du Brésil et d’autres pays émergents sur les institutions multilatérales leur permettra de mener des réformes plus conformes à leurs intérêts. Cette industrie, source de croissance, est donc bel et bien un marqueur de prestige pour notre « Made in France » à promouvoir.Ce sont ces qualités que de nombreux spécialistes Occidentaux recommandent à Washington et à d’autres capitales d’encourager, en soutenant les efforts du Maroc de se transformer en épicentre de la formation religieuse et du dialogue interculturel dans la région.Or ce sont ces dernières activités qui sont à l’origine des défaillances bancaires et de la crise financière récentes, et qui menacent l’investissement et l’emploi.Les tâches les plus variées nous échappent chaque jour au profit des machines, et pourtant vous érigez encore l’emploi en garant de tous nos droits – santé, vieillesse, citoyenneté – et de notre bonheur.Ainsi, le développement de ce secteur pose, de toute évidence, un problème de santé publique.

Publicités